La Marmotte 2015 : changement de parcours confirmé.

Classé dans : Non classé | 0

Comme indiqué dans mon précédent article, la fermeture du grand tunnel du Chambon sur la RD1091 entre le Col du Lautaret et le barrage du Chambon, en raison d’un glissement de terrain et d’une fragilisation de la voûte du tunnel, a conduit Sport Communication à modifier le parcours de la Marmotte 2015.

Exit le Galibier, vive la Croix de Fer. Le parcours 2014 ne sera pas forcément plus simple. Voici le programme :

Le départ sera donné du Bourg d’Oisans (719 m) nous prendrons la direction d’Allemont (vallée de la Romanche) pour gravir la première difficulté du jour, le col du Glandon (1 924 m). Son ascension de 26,3 km et 1328 mètres de dénivelée positive devra être gérée avec intelligence afin de ne pas laisser trop de forces dans ce premier col qui présente un pourcentage moyen de 6%. Depuis Allemond, nous laisserons Vaujany sur notre droite en direction du Rivier d’Allemond. Il faudra gérer les trois kilomètres qui précèdent ce village car la pente va monter jusqu’à 10,5 % sur un premier passage long de 1,1 kilomètre puis sur un second passage de 600 m. La route chemine en forêt et devrait nous offrir de l’ombre. Nous aurons ensuite une petite descente de deux kilomètres où il faudra bien mouliner pour éliminer l’acide lactique et récupérer un peu des premiers efforts. Ensuite la pente va se redresser sévèrement avec deux kilomètres à 9,5 puis 9 % à l’entrée du défilé du Maupas. Puis jusqu’au barrage de Grand Maison et son lac la pente oscillera ente 7 et 8% en lacet. Nous aurons alors un replat le long du lac puis  une nouvelle descente jusqu’au un pont qui marque le passage de l’Isère en Savoie. Ça remontera ensuite entre 6 et 7% jusqu’au restaurant situé au carrefour de la route menant à droite à la Croix de Fer et à gauche au Glandon. Nous prendrons donc à gauche pour les derniers hectomètres à plus de 8% pour atteindre enfin la Glandon et le premier ravitaillement. Pour limiter les risques de chute dans la descente, l’organisateur a décidé d’arrêter le chrono pour la descente. Nous aurons donc tout le temps nécessaire pour nous ravitailler avant de nous élancer dans la descente en direction Saint-Etienne-de-Cuines, dans la Vallée de la Maurienne. 

 

Profil du Col du Glandon par Allemond

 

 

Nous nous approcherons alors de la deuxième difficulté du jour les 18 lacets de Montvernier (777 m). Une ascension de 3,3 km de toute beauté. Depuis Pontamafrey l’ascension commence par 1,5 km à 8%, Puis la pente s’élève à 9% sur un nouveau kilomètre et demi. Au sommet la pente s’adoucie à 5,4%. Nous n’aurons pas le temps de flâner en profitant du point de vue sur la vallée de la Maurienne. Course oblige il nous faudra continuer en direction du Col du Ventour (780m). 

les-18-lacets-de-Montvernier.jpgBD_

Les lacets de Montvernier

Nous prendrons ensuite la direction de Saint-Jean-de-Maurienne pour enchaîner les cols du Mollard (1 630 m) et de la Croix de Fer (2 058 m). Je ne serais pas en terrain inconnu puisque j’ai déjà gravi le col de la Croix-de-Fer par le Mollard le 2 juin 2014. L’ascension du Col du Mollard commence dès Saint-Jean-de-Maurienne. La pente s’élève progressivement jusqu’à Villargondran. Ensuite ça devient physique avec une pente moyenne comprise entre 7 et 9%. Seul deux passages à 5% au 12ème et 14ème kilomètre permettrons de souffler. A Albiez-le-Jeune nous profiterons du deuxième ravitaillement solide et liquide avant de reprendre l’ascension vers le Col du Mollard. Et oui, les véhicules d’assistance sont interdits et il est impératif de bien s’hydrater et s’alimenter.col-du-mollard-1

 

La descente du Col du Mollard nous mènera vers Saint-Jean-d’Arves. La pente sera encore douce. Un troisième ravitaillement solide et liquide est prévu à Saint-Solin-d’Arves. Nous devrions arriver à ce ravitaillement lorsque le soleil sera à son zénith. Ce ravitaillement sera donc bien venu avant d’attaquer la partie la plus difficile de cette ascension. La route va s’élever avec des passages à 11% en direction de la Croix de Fer et si le soleil est présent nous risquons bien de vider rapidement nos bidons. Il faut souhaiter que nous n’ayons pas un vent de face comme celui que j’ai connu en 2014, sinon le final pourrait être vraiment physique.

Profil de la Col de la Croix de Fer

 

 

Une fois franchi la Croix de Fer, nous nous élancerons dans la descente vers le Bourg d’Oisans en laissant le col du Glandon à notre droite. Il ne faudra pas se laisser griser par la descente et penser à bien mouliner pour récupérer et éliminer l’acide lactique. Arrivé au Bourg d’Oisans, il nous faudra franchir la dernière difficulté : l’ascension des 21 lacets de l’Alpe d’Huez (1880 m). Là aussi, pour avoir gravi cette montée le 25 mai 2014 et à de nombreuses reprises cet hiver sur mon home-trainer dans la cadre de ma préparation, je sais que nous arriverons a un moment crucial de la course. Nous aurons parcouru environs 150 km et franchi près de 4000 m de dénivelé. Les kilomètres qu’il reste à franchir seront vraisemblablement les plus difficiles de l’épreuve du fait de la fatigue et de la pente. Il ne faudra donc pas oublier de faire le plein de ravitaillement avant de s’élancer dans cette dernière difficulté, le Graal sera au bout des 21 virages de cette ascension mythique. Elle présente un profil de 14 km pour 1133 m de dénivelée positive à 8,5 % de moyenne, mais il y a du monde pour nous encourager, forcément ça motive ! Ça va forcément se faire au mental : on attaque par une rampe de 800 m à 11%. Ensuite la pente oscille entre 10 et 10.5 % jusqu’au virage 19. Ça redescend ensuite à 7,5% sur 300 m, pour mieux repartir à 11% sur 400 m. Sur cette montée il ne faut jamais faiblir ! Dans le hameau de la Garde on pourra récupérer sur une pente de 7,5 à 6,5%. Les affaires reprennent avec 10% sur 300 m, puis 8% sur 800 m et enfin 10,5% sur 400 m, jamais de longs répits. Le Ribaut d’en bas puis le Ribaut d’en haut se présenterons devant nous, De là le final oscille entre 8 et 9% avec quelques replats très courts. Il ne faudra surtout rien lâcher, et avancer mètre par mètre sous la chaleur et les acclamations du public. Passé Huez, nous aurons une vue dégagée sur l’objectif final. Mais il faudra auparavant parcourir les derniers virages pour enfin franchir la ligne d’arrivée.

Profil de l'Alpe d'Huez

Dès la ligne franchie et malgré l’euphorie et la fatigue, il faudra aller rouler au calme pour éliminer l’acide lactique. Car le lendemain matin ce sera une montée contre la monte de l’Alpe d’Huez. En effet, après 8 épreuves du Grand Trophée j’occupe actuellement la 14ème place sur 109 classés dans ma catégorie d’âge. Aussi, tout les points sont bons à prendre. Je vous donne donc rendez-vous au 4 juillet 2015 pour cette épreuve mythique.

Profil La Marmotte 2015

Parcours la Marmotte 2015