2021 : Mon premier 1000

Classé dans : Non classé | 0

 

Après ma participation à la Race Across Ile de France sur le parcours de cinq-cents kilomètres l’année dernière, j’aspire à participer à une épreuve d’ultra distance de plus de cinq-cents kilomètres. Le calendrier des épreuves françaises d’ultra distance s’est étoffé ces dernières années. Faire un choix est un exercice à la fois facile et complexe. Pour ma première participation sur une épreuve de plus de cinq-cents kilomètres, je recherchai un parcours plutôt montagneux. Cela pourrait paraître présomptueux pour une première expérience, mais il n’en n’est rien. Je m’applique le précepte du « qui peut le plus, peut le moins » ! Aussi, être finisher sur un parcours exigeant est un beau test pour la suite. Et à contrario échouer n’est en rien un échec, mais plutôt une expérience dont il faut sortir positivement pour progresser. 

J’ai un peu hésité entre la Route du Diable, la Race Across France ou la Born To Ride. Après avoir suivi avec une certaine attention la première édition de la Route du Diable, j’ai passé la fin du mois d’août à suivre le Live de l’édition 2020 de la Race Across France. L’épreuve fut haletante, tant sur le parcours de deux-mille six-cents kilomètres que sur celui de mille-cents kilomètres. Les comptes-rendus qui ont suivi mettent tous en avant l’exigence du parcours, la convivialité, l’entraide et l’accueil sur cette épreuve.  

Ma décision est prise, je serais sur l’édition 2021 de la Race Across France sur le parcours de 1100 km (site de la Race Across France) dans la catégorie solo sans assistance. Il faut bien se lancer un jour !

La règle du jeu est assez simple, le parcours doit être bouclé en 5 jours maximum en mode « no drafting ». Deux points de contrôle sont positionnés sur le parcours avec des portes horaires. Nous aurons la possibilité de disposer d’un « drop bag » qui nous permettra de récupérer des affaires sur le parcours.

Si le parcours reste identique aux éditions précédentes, il nous mènera des plages de Mandelieu-La Napoule aux bords du Lac d’Annecy. Nous cheminerons dans Le Tanneron, l’Esterelle, le Verdon, pour remonter ensuite sur la vallée du Rhône et l’Isère pour ensuite enchaîner les cols et montées mythiques des Alpes jusqu’à Doussard.

31 cols seront à gravir dont quelques cols mythiques pour une dénivelée positive totale d’environ 20.000 mètres. 

Nom du colRéférenceAltitudeRoute
1Col du FerrierFR-06-10411041D5 par le Sud
2Col de la SineFR-06-11081108D5 par le Sud
3Col de CastellarasFR-06-12481248D5 par le Sud
4Col de BleineFR-06-14391439D5 par le Sud
5Col de Saint-BarnabéFR-04-13671367D102 par l'Est - jamais gravi
6Col d'AyenFR-04-10321032D952 par l'Est - jamais gravi
7Col de l'OlivierFR-04-0711711D952 par l'Est - jamais gravi
8Col des TempêtesFR-84-18291829D974 Par Bédoin (Mont Ventoux)
9Col de NovezanFR-26-0421421D538 par le SSE - jamais gravi
10Col d'AleyracFR-26-0484484D9 par le Sud - jamais gravi
11Col de RoussetFR-26-12541254N518 par le Sud - jamais gravi
12Col de Saint-AlexisFR-26-1222b1222D76 par le Sud - jamais gravi
13Col de la ChauFR-26-1337a1337D76 par l'Est - jamais gravi
14Col du Chaud Clapier
FR-26-1412a1412D76b par l'Est - jamais gravi
15Col de la MachineFR-26-10111011D76 par le Sud - jamais gravi
16Col GaudissartFR-26-0889a889D76 par le Sud - jamais gravi
17Col de CosseyFR-38-0430430R1, D106d - jamais gravi
18Col de SarenneFR-38-19991999CV par le SSO ar par la montée de l'Alpe d'Huez
19Col du Lautaret
FR-05-20572057N91 par l'Ouest
20Col du Galibier
FR-05-2642a2642D902 par le Sud
21Collet du Plan NicolasFR-73-24062406D902 par le Sud
22Le Col
FR-73-15221522D902 par le Sud
23Col du TélégrapheFR-73-15661522D902 par le Sud
24Col de la Madeleine
FR-73-17521752CV par le Sud-ouest
25Col de l'Iseran
FR-73-27642764D902 par le Sud
26Cormet de Roselend
FR-73-19681968D902 par l'Est
27Col de Méraillet
FR-73-16051605D925 par l'Est
28Col des Saisies
FR-73-16331633D218 par le Sud
29Seuil de Megève
FR-74-11071107N212 par le Sud
30Col de la Colombière
FR-74-16131613D4 par L'est - jamais gravi
31Col de Saint-Jean-de-Sixt
FR-74-0956956D4 par le Nord - jamais gravi

Mes objectifs :

Pour cette première expérience en ultra distance de plus de mille kilomètres mes objectifs sont de finir dans les délais imposés de cinq jours. Je serai très satisfait de boucler le parcours en moins de quatre jours, mais pour une première expérience, finir entre quatre et cinq jours me semble être un temps correct. D’autant que le parcours de la RAF, avec 21.860 mètres de dénivelée positive et 31 cols est de type montagnard exigeant surtout en mode sans assistance avec une surcharge du vélo de six à sept kilogrammes. 

Or, si j’aime grimper, mon gabarit actuel (1,78 m pour 79 kg) fait de moi plutôt un rouleur. Sur le plat ou dans les sprints, l’influence du poids reste négligeable. Cependant, dès que la pente s’élève et que les cols s’enchaînent, on ne peut plus considérer uniquement la puissance développée. Le poids du cycliste doit alors intégrer l’équation qui conduira à la réussite. J’ai donc pris la décision de modifier mon entraînement, en travaillant les qualités suivantes :

  • mon rapport poids puissance (W/kg) : physiologiquement, je vais devoir travailler sur ma composition corporelle et notamment sur la perte de masse grasse pour atteindre mon poids de forme idéal sans perdre de masse musculaire et donc de force. Je vais devoir également augmenter ma puissance PMA, CP20 et CP60 pour atteindre le rapport poids puissance le plus élevé possible. 
  • mes qualités aérobies : un grimpeur se doit de posséder à la fois des qualités d’endurance (I2,I3 soit entre 50 et 70 % de la PMA), mais également de puissance aérobie (I4,I5 +100% de la PMA). Avec un vélo en surcharge et une pente soutenue, il faut être capable de maintenir un effort très soutenu de type seuil ou même supérieur à celui-ci durant plusieurs dizaines de minutes. 
  • ma technique de pédalage économique et ma capacité à changer de rythme : la technique de pédalage efficace en montagne étant différente de celle en plaine. Il faut être capable de rester souple en roulant à l’économie dans les pentes moyennes, tout en étant capable de fournir des niveaux de forces importants lorsque la pente est plus marquée surtout avec la fatigue qui va s’installer au fur et à mesure des jours de course. 
  • mes qualités de pilotages : rouler le plus souvent en mode bikepacking devrait me permettre de trouver le bon équilibre de mon Look chargé comme pour la Race Across. Cela me permettra d’organiser la répartition des charges entre l’avant et l’arrière du vélo.
  • Ma capacité à supporter et gérer le manque de sommeil : Rouler et gravir des enchaînements de cols avec une dette de sommeil nécessite de se préparer mentalement, physiologiquement et physiquement par des entraînements spécifiques lors de séances chocs sur deux à quatre jours. De même gérer les phases de sommeil est l’un des paramètre de ce type d’épreuve. 

Et maintenant…

Prendre la décision d’y aller est un premier pas ! Selon les informations publiées par Arnaud Manzanini, les inscriptions seront ouvertes dès le début du mois de novembre, donc dans un mois. C’est à ce moment que les dates de l’édition 2021 seront vraisemblablement connues. Je serais au rendez-vous !

Côté préparation, mon plan d’entraînement initial est rédigé et en cours puisque ma saison 2021 a débuter lundi 28 septembre. 

Le premier test réalisé cette semaine est plutôt positif puisqu’il m’a permis de voir ma PMA progresser de 15 W. Je vais cependant essayer de le confirmer par un second test de Coggan dans les semaines à venir. 

Maintenant place à la préparation qui va être studieuse et fort intéressante…