Préparer une première épreuve d’ultra distance de plus mille kilomètres est un exercice un peu particulier. C’est un peu se préparer à un saut dans l’inconnu ! C’est à coup sûr sortir de sa zone de confort pour s’engager dans une belle aventure humaine et sportive. Mais c’est aussi explorer les coulisses de la préparation physique, mentale, diététique, logistique et stratégique.

Je vais certainement commettre des erreurs ! Je vais immanquablement douter ! Mais je vais aussi rêver, prendre plaisir à me préparer, à explorer des domaines encore méconnus.  Ce carnet de bord, à l’image des livre de bord des navires, sera le recueil de ma progression vers la RAF 2021, vers mon premier « mille kilomètres ». 

Pour rendre ce carnet de bord didactique, je vais utiliser des icônes qui catégoriseront les différents évènements :

Planification, calendrier en vert pour une nouvelle planification en rouge pour une déprogrammation ou une annulation.

Evènement positif

Evènement défavorable

Incident ou évènement ayant un impact sur ma préparation

Option ou action validée définitivement. 

Evènement en lien avec mon organisation personnel

Evènement en lien avec mon plan d’entraînement

Evènement en lien avec les apports médico physiologique (kiné, ostéopathe, podologue…)

Evènement en lien avec la Team Cyclosportissimo

Evènement en lien avec l’organisation de l’épreuve

Evènement en lien avec le parcours officiel

Pour mes achats d’équipements nécessaire à ma participation

Données initiales :
PMA : 245 W - CP 20 218 W - Poids : 80 kg - Rapport poids puissance 2,73 W/kg - IPP : 10,93
Statistiques d'entrainement : Lancement du plan d'entrainement.

Mon carnet de bord

14 août 2020

J’ai pris ma décision, je serai sur l’édition 2021 de la Race Across 1100.


26 septembre 2020

Je profite d’une publication de « Race Across France » sur facebook pour annoncer officiellement mon intention de participer à l’épreuve en 2021. 

28 septembre 2020

Lancement de ma saison 2021. Mon plan d’entraînement est finalisé jusqu’à fin juillet 2021. Les objectifs des trois premiers mois consistent à développer ma force, au moyen de séances de PPG et d’exercice sur le home-trainer, et de mon endurance en augmentant progressivement les durées de selle, la distance, mais aussi les durées d’efforts soutenus. Des tests tous les quatre à six semaines viendront valider les choix ou amender le plan d’entrainement initial. Il s’agit bien pour moi de gagner en force et d’élever par conséquence ma PMA, mes CP 20 et 60.

29 septembre 2020

Je réalise mon premier test de Coggan de la saison. Ce premier test avait pour but de me permettre de fixer en ce début de saison mes CP5CP20 et CP60 (FTP) afin ensuite de réajuster les seuils de mes différentes zones de puissance pour de travailler efficacement lors de mes séances d’EPI, d’EPIC et EPIC ultime. Malheureusement, ayant fait l’acquisition récente d’un HT Wahoo connecté, je découvre l’appareil et les applications qui vont avec. Pour ce premier test, j’avais réglé les seuils de puissance au-dessus des dernières valeurs connues. Le test de PMA c’est bien passé avec une hausse de ma PMA de 15 W. Elle passe ainsi de 245 W à 260 W. Pour le test CP20, au bout de dix minutes avec la fatigue j’ai souhaité montée d’une ou deux dents à l’arrière pour finir avec un peu plus de vélocité, mais à chaque changement de braquet, le HT s’est mis à freiner, assez fort pour me ramener dans la valeur intégrée. Plus il freinait, plus j’étais contraint de remonter encore des dents. Pour finir il s’est totalement bloqué et a désactivé la connexion Bluetooth avec l’application ce qui a libéré le frein . Je vais donc devoir refaire ce test après une petite récupération.


3 octobre 2020

Participer à l’épreuve, c’est aussi rejoindre la ligne de départ et ensuite rentrer une fois la ligne d’arrivée franchie. En toute logique, je me suis donc interrogé sur les moyens d’être autonome dans mes voyages aller et retour.

Pour l’aller, je pourrais emprunter un TGV de Paris Gare de Lyon à la gare de Cannes, puis ensuite un TER de Cannes à Mandelieu-la-Napoule. Il me restera à trouver un hôtel si possible à proximité de la ligne de départ.

Pour le retour, j’ai deux options au départ de Doussard pour rejoindre la Gare d’Annecy, soit le bateau de la Compagnie des bateaux d’Annecy, soit la ligne de bus 51 Doussard Annecy. De primes abords, la ligne de bateau me tenterait bien pour profiter de la quiétude du lac d’Annecy en quittant plus doucement le cocon de la course avant de plonger dans le tumulte des transports. Depuis la Gare d’Annecy, je devrais prendre un TER pour rejoindre la Gare Aix-les-BainsLe Revard, puis un second TER pour relier les Gares d’Aix-les-Bains—Le Revard et Lyon Part-Dieu. De Lyon Part-Dieu, je prendrais un TGV pour Paris Gare de Lyon.

Une seule inquiétude concerne mon accueil dans chacun de TGV avec mon vélo démonté et emballé, car avec la SNCF rien n’est sûr, et beaucoup se sont vu refoulés !

09 octobre 2020 

Arnaud vient de publier sur Facebook les dates de la prochaine Race Across France quatrième édition du nom. Elle s’élancera de Mandelieu La Napoule les 23 et 24 juillet 2021. Ces dates bouleversent quelque peu mon calendrier. D’une part, mon plan d’entraînement se voit comme pour les autres concurrents réduit d’un mois. Le Tour du Mont-Blanc, qui devait me servir de test d’entraînement à la mi-juillet, ne peut plus figurer dans mon programme d’entraînement sauf à vouloir m’épuiser à quelques jours du départ. Je vais donc devoir trouver une challenge montagnard à la hauteur du défi pour le mois de juin 2021.

A contrario, les nuits seront plus courtes et nous bénéficieront de la pleine lune, ce qui devrait rendre le roulage de nuit plus agréable et plus facile si le ciel est dégagé. Nous éviterons peut-être les risques de canicule qui ont court plutôt en août même si en la matière rien n’est garantie ayant déjà couru une Marmotte des Alpes avec une canicule à 42 °C. 

Prochaine étape ouverture des inscriptions le 1er novembre 2021 20h.

15 octobre 2020

La saison 2021 débute bien mal !

Cycling Classic France annonce l’annulation des éditions 2021 de la Granfondo Gassin Golfe de Saint-Tropez, la Bourgogne Cyclo, la Probikeshop Granfondo Mont-Ventoux Beaumes-de-Venise, la Morzine Haut-Chablais, la Vaujany, la Marmotte Granfondo Pyrénées ainsi que la Picarde Baie de Somme. Encore un revers, car je souhaitai utiliser la Bourgogne Cyclo pour me préparer. Pour l’heure, la Granfondo Vosges et les Trois Ballons sont maintenus. Aussi, je pourrais au moins me préparer sur ces épreuves. J’envisage également de me présenter sur la Marmotte des Alpes.

23 octobre 2020

Ma saison 2021 commence à prendre tournure. Je suis depuis hier soir préinscrit sur trois cyclosportives : La Granfondo Vosges, Les Trois Ballons et la Marmotte des Alpes. Cette dernière épreuve remplaçant le Tour du Mont-Blanc dans ma préparation. J’aurais préféré le tour du Mont-Blanc, mais cette dernière épreuve organisée le 17 juillet ne me laisserais pas assez de temps pour récupérer avant de m’élancer sept jours plus tard sur la Race Across France.

A ces cyclosportives,  devraient se rajouter des stages montagnes, des dodécaudax ou tridécaudax, et un tour de Seine-et-Marne.  

24 octobre 2020

Suite à l’annulation de certaines cyclosportives préparatoires, j’ai commencé à travailler sur la programmation des sorties longues distances sous forme de deux dodécaudax, qui passent rapidement à des tridécaudax puis à un tour de Seine-et-Marne de 460 km pour ensuite passer par un tour d’Île de France de plus de 500 km. Les distances se rallongent progressivement. Les sorties se feront d’abord de jour pour ensuite est réalisées toute ou partie de nuit. Avec la possibilité de réaliser une sortie le matin, un roulage de nuit et une sortie le lendemain dans la journée. Pour chaque entraînement « longue distance », je me suis fixé des objectifs en termes de progression, de préparation et de logistiques. La plupart des parcours sont prêts.

25 octobre 2020

Essai de ma nouvelle veste de pluie GORETEX C7 SHAKEDRY avec une sortie de trois heures copieusement arrosée. Après une retour sans pénétration d’eau, et sans cette sensation de froid liée à l’humidité. Je valide ce choix ! Me voilà donc doté d’une veste de pluie efficace pour la Race Across.

28 octobre 2020

Ce soir allocution du Président de la République annonçant la mise en œuvre d’un nouveau confinement à compter du 30 octobre et pour au moins quatre semaines. Notre voyage de 15 jours à Bagnères-de-Bigorre est donc annulé puisque les déplacements sont interdits saufs cas de force majeur. De même, les entraînements extérieurs sont limité à 1h et à un rayon de 1 km autour de notre résidence. Je vais donc devoir de nouveau adapter mon plan d’entraînement. 

Bilan du mois d'octobre :

PMA : 260 W - CP 20 : 220 W - Poids 78,1 kg - Rapport poids puissance 2,77 W/kg - IPP : 11,20

Statistiques d'entrainement :

Ce mois de reprise à été marqués par les suites de ma tendinite achiléenne qui m'a handicapée. J'ai également connu un épisode de contracture du carré des lombaires suite à un mauvais mouvement. Cet épisode a nécessité l'arrêt de tout exercice pendant trois jours. j'ai pris la décision d'intégrer des séances de yoga et d'étirement pour éviter toute récidive et favoriser le travail des fibres musculaires.

Les sensations progressent bien même si je suis en dessous des objectifs kilométriques (922 au lieu de 1500 km), de D+ (5 755 m au lieu de 7 500 m).

Physiologiquement, mes objectifs sont largement atteints avec une perte de poids de 1,9 kilogrammes. Côté masse grasse, je suis plutôt dans une stabilité autour de 13,5 % . La variation est certainement le signe d'un manque de régularité dans les séances puisque mon régime alimentaire varie très peu (deux jours sans viandes/semaine, beaucoup de fruits et légumes avec soit du pain soit des féculents).

1er novembre 2020

 Je suis officiellement inscrit sur la Race Across France 2021 sur le parcours de 1100 kilomètres. Ma décision étant prise depuis plus de deux mois, je ne voyais pas l’intérêt à faire perdurer le suspense. Je me suis donc inscrit dès l’ouverture des inscriptions à 19 h. Cela présente au moins l’intérêt de ne plus avoir à me soucier de l’inscription, pour me concentrer tout entier à ma préparation. D’autant qu’avec la nouvelle période de confinement que nous vivons, je dois m’attacher à réadapter mon plan d’entrainement pour la énième fois, puisque toutes les sorties extérieures sont proscrites jusqu’au début décembre avec une possibilité d’élargissement de cette période. J’en profite d’ailleurs pour intégrer des séances de yoga dans ma préparation. Elles viendront compléter ma préparation physique et mentale. Je vais m’appuyer sur les séances mises en ligne par l’équipe AG2R la Mondiale et construites pour les cyclistes.

28 novembre 2020

Suite à l’amélioration de la situation sanitaire, nous pouvons réaliser des séances de sport jusqu’à trois heures sans excéder un rayon de 20 km depuis notre domicile. Depuis un mois que je m’entraîne exclusivement sur mon home-trainer, j’ai pu tester sur route les résultats de cet entraînement basé sur des séances de travail de la force et de la puissance sur des parcours vallonnés en intégrant des montées en force, des sprints explosifs et des changements de rythme. Petit à petit, j’ai senti mes sensations évoluer sur un home-trainer acquis récemment qui semble énormément freiner dans les montées. En cette première journée de semi-liberté, j’ai voulu aller me tester sur un de mes parcours habituels de travail en côtes. Cette première sortie sur route a confirmé mes sensations : je semble avoir gagné entre 100 et 150 W. Ainsi, dans la côte de Barbeau, à sensation d’effort égale là où je montais à 240 250 watts, je suis aujourd’hui à 350 voir presque 400 w. De plus, je semble avoir amélioré mes capacités à maintenir un effort plus longtemps même avec les muscles qui brûlent. Sur des parties plates, je semble également en capacité de rouler plus vite sur le 52/11 en montant assez facilement au-dessus de 35 km/h jusqu’à 40 km/h. Et tout cela sur un mois de confinement et d’exercices sur le home-trainer. Aussi, je pense maintenir cette préparation notamment en utilisant de façon permanente le home-trainer pour le travail spécifique de force, d’explosivité, de vélocité, et d’EPI et les sorties extérieures pour une partie du travail foncier et la récupération active. Demain, je vais donc essayer de confirmer ma progression sur une sortie de rythme sur une distance d’environ 70 km.

Bilan du mois de novembre :

Cyclisme : PMA : 260 W - CP 20 : 220 W - Poids 77,1 kg - Rapport poids puissance 2,85 W/kg - IPP : 11,34 - 40 activité - 1264.78 km - 46:16:26 heures d'entrainement - 12 036 m de D+ - 25575 Kcal consommées↑.

Statistiques d'entrainement : Ce mois a été marqué par le deuxième confinement, avec notamment le retour des sorties d'une heure maxi à 1 km maxi du foyer. Dans ces conditions, difficile de penser à des séance d'endurance à l'extérieur. D'autant que l'objectif est aussi de ne pas s'accidenter pour ne pas avoir à se retrouver aux urgences occupées par les cas de COVID 19. J'ai donc réalisé toutes mes séance sur Home-Trainer associé à l'application Kinomap.

Côté tendinite ça va mieux avec l'arrêt des soins de  kiné à la seizième séance. Toutefois je dois prendre garde à bien reprendre les exercices du protocole de Stanish car suite à des séances de sprint et d'ascension sur des parcours plutôt accidenté, j'ai ressenti de nouvelle douleurs qui ont disparues avec des exercices du protocoles de Stanish.

Après le passage de l'épisode de contracture du carré lombaire, j'ai repris à zéro les séance de gainage en intégrant des séance de yoga.


Physiologiquement, mes objectifs sont largement atteints avec une perte de poids de 1,5 kilogrammes. Côté masse grasse, je suis plutôt dans une stabilité autour de 12,3 %.

2 décembre 2020

Second test de Coggan après 2 jours de repos total de vélo. Les conditions de réalisation sont les suivantes : en fin de matinée et sur home-trainer – Puissance Erg lissée sur l’effort (réglage Erg dans l’application Wahoo) afin d’être sûr de rester dans la zone d’effort escomptée. Test CP5 seuil mini 260 WCP20 seuil mini 230 W. Possibilité d’augmenter ce seuil, en faisant varier l’effort au moyen de pourcentage (en +) ou (en -) pour revenir au seuil initial en cas de fatigue excessive. Exemple sur le test CP20 la puissance escomptée était de 230 W et je l’ai fait monter dès les premières secondes de la fraction à 250 W et dans les cinq dernières minutes, je l’ai fait redescendre à 230 W pour récupérer un peu et pouvoir repartir à 250 W ensuite.
Echauffement : bonnes sensations tant sur les fractions de 150 W et 180 W. CP5 : bonnes sensations également. J’ai de suite réglé la puissance à 270 W pour ensuite monter progressivement à 273 W. Je n’étais pas à la limite maximale, mais ce n’est pas non plus un test PMA. Du coup, je pense qu’il serait intéressant de réaliser un vrai test de PMA pour évaluer cette dernière. CP20 : bonnes sensations dans les 5 premières minutes. Ensuite sur les dix minutes suivante baisse progressive de la cadence de pédalage et augmentation de la fatigue musculaire me conduisant à redescendre la cible à 230 W pendant quelques minutes pour récupérer et remontée ensuite à 250 W et redescendre de nouveau à 230 W.
Résultats du test : CP5 à 271 W soit 11 w de plus que lors du Test du 29 septembre. Cette valeur constitue mon nouveau record CP5. CP20 à 244 W soit 24 W de plus par rapport au 30 octobre 2020 et 21 W de plus que le record du 8 août 2018. Puissance critique : L‘évaluation de ma puissance critique par Golden Cheetah est à 235 W. VO2max estimée 43,7 ml/min/kg (source Golden Chetaah).

3 décembre 2020

Je viens de recevoir mon dérailleur arrière SRAM RED ETAP chape moyenne. Je vais donc pourvoir m’élancer avec un 52/34 et une cassette de 11/32. Ces braquets devraient me permettre de passer tous les cols. C’est un plus, car mon dérailleur arrière à chape courte me permettait tout au plus de monter une cassette de 11/28, ce qui aurait été plutôt physique pour passer les cols les plus exigeants et pour passer le cumul des cols. Il me reste maintenant à acquérir une cassette 11/32 et une chaine.

6 décembre 2020

Pascal Bride qui a rejoint l’équipe d’organisation de la RAF, vient de publier le parcours 2021. Pour être beau, il est beau ! Ce parcours est même sublime, exigeant mais sublime ! Le Bridou, a même pris le soin d’y faire figurer les points d’eau une belle attention de sa part. Je vais l’étudier avec soin et peut être y ajouter quelques points d’eau supplémentaires du site https://www.eau-cyclisme.com/.

Pascal a même pousser sa délicatesse à nous proposer un découpage du parcours en 4 tronçons ou étapes :

Etape 1: https://www.openrunner.com/r/12284348

Etape 2 : https://www.openrunner.com/r/12294224

Etape3: https://www.openrunner.com/r/12296854

Etape4: https://www.openrunner.com/r/12297454

8 décembre 2020

Je rejoins les effectifs de la Team Cyclosportissimo. Cela faisait quelques temps que je tapais à la porte de cette belle Team spécialisée dans la longue distance. C’est donc un grand plaisir que je roulerais sous les couleurs de cette Team à compter de la saison 2021.

 


18 janvier au 25 janvier 2021

Premier stage bornage de l’année

4076 m – 619.17 kilomètres – 24 h 47 de déplacement – 12 235 Calories

25 janvier 2021

Premier dodécaudax de la saison

1155 m – 205,37 kilomètres – 8 h 21 de déplacement – 4 046 Calories

Bilan du mois de janvier 2021 :

Cyclisme : PMA : 260 W - CP 20 : 220 W - Poids 78.7 kg - Rapport poids puissance 2,85 W/kg - IPP : 11,34 - 21 activité - 1268.88 km - 57:31:55 heures d'entrainement - 11363 m de D+ - 24519 Kcal consommées.

Statistiques d'entrainement : J'avais prévu un premier bloc montagne dans l'Aude. Malheureusement, la météo et notamment une tramontane assez forte a réduit mon nombre de sorties et donc le bénéfice de ce bloc.
J'ai malgré tout pu organiser une premier stage bornage pour me tester sur un gros volume kilométrique.

Côté tendinite ça va de mieux en mieux

Physiologiquement, mes objectifs ne sont pas atteints avec une reprise de poids suite au fêtes de fin d'années. Côté masse grasse, je suis plutôt dans une stabilité autour de 12 à 13 %.


04 février 2021

Achat de mes saccoches adipura série courses

  • PACK DE TUBE SUPÉRIEUR DE COURSE 1 L: https://www.apidura.com/shop/racing- top-tube-pack/
  • PACK CADRE DE COURSE 4 L : https://www.apidura.com/shop/racing-frame-pack/
  • PACK DE SELLES DE COURSE 7 L : https://www.apidura.com/shop/racing-saddle-pack/

05 février 2021

Établissement de la configuration de mes sacoches. Je suis pour l’heure avec une charge supplémentaire de 4,158 kg en me basant sur des configurations réalisées par des concurrents sur différentes épreuves. Je vais tester et évaluer cette configuration à plusieurs reprises d’ici le départ. Avec cette charge initiale, l’excédent de poids devrait être compensé par ma perte de poids corporel.

27 février 2021 

Achat et livraison de ma doudoune Down Jacket de la marque VERTICAL MOUNTAIN. Poids plume : 315 g et Pouvoir gonflant : 800. Pourquoi une doudoune ? En fait, cette doudoune répond à deux besoins et une condition. Premier besoin, me protéger du froid au sommet de certains cols et dans leur descente, surtout de nuit, en cas de vent. J’ai déjà franchi l’Iseran frigorifié en plein été et en plein jour. M’obligeant à avaler un pot-au-feu au refuge. Idem au sommet du Galibier par un jour venteux. Dans ces situations, le froid est pénétrant, on a beau mettre notre coupe-vent et tout ce que l’on a traditionnellement sur soi en vélo on ne se réchauffe pas. Or faire ensuite une descente parfois de nuit en étant frigorifié avec en plus beaucoup de fatigue n’a rien de réjouissant, ni même de sécurisant. Lors du passage de l’Iseran lors de mon Thonon Antibes, j’avais enfilé une polaire. Mais la meilleure protection, c’est vraiment la doudoune.

Mon second besoin porte sur ma protection thermique en cas de sommeil à la belle étoile. En effet, certains emmèneraient un duvet, mais un duvet, c’est du poids en plus et du volume en plus. Or, sur des épreuves comme la RAF, nous devons optimiser le poids et le volume du matériel transporté. Aussi, en guise de duvet, j’ai opté pour un sac bivouac (SOL) qui assure une protection thermique et présente un faible poids (145 g) et un très faible volume. Cependant, le haut du corps peut être exposé aux entrées d’air aussi, la doudoune peut très bien jouer le rôle de duvet pour le haut du corps : dormir au chaud est aussi un facteur pour bien récupérer !

Enfin, en termes de poids, avec le couple sac bivouac + doudoune j’optimise vraiment la configuration de mes sacoches ce qui est a mes yeux une condition sine qua none pour organiser ma logistique pour l’épreuve

Bilan du mois de février :

Cyclisme : PMA : 260 W - CP 20 : 220 W - Poids 78.7 kg - Rapport poids puissance 2,85 W/kg - IPP : 11,34 - 17 activité - 1234.56 km - 52:57:54 heures d'entrainement - 12 036 m de D+ - 24382 Kcal consommées.

Statistiques d'entrainement : Ce mois a été marqué par une importante sollicitation par les travaux de préparation de la loi Climat, les échanges avec les acteurs de la publicité et des médias et la préparation de la session 8 de la CCC. Du coup je manque de régularité. Mes séances de fractionné sont difficiles. Je sens que je régresse en côte. 

Côté tendinite ça va mieux avec l'arrêt des soins de  kiné à la seizième séance. J'ai maintenant des semelles orthopédiques. La consultation du podologue et l'étude posturale m'a permis de trouver l'origine de ma tendinite du tendon d'Achille chronique pieds creux et appuis sur l'avant du pied, ce qui génère une tension sur le tendon et donc une tendinite. Par ailleurs, les semelles sont conçues pour modifier les appuis dans mes chaussure de vélo. Après un test sur un deux cents kilomètres je n'ai ressenti aucune des traditionnelles douleurs qui surviennent sur l'avant du pied gauche.  

Physiologiquement, mes objectifs ne sont pas atteints avec une reprise de poids d'au moins 2 kg kilogrammes. Côté masse grasse, je suis plutôt dans une stabilité autour de 12,3 %.

1er mars 2021

Stage Bornage de le Team cyclosportissimo. Nous nous sommes retrouvé quatre jours autour de Vénasque pour le traditionnel stage bornage de la Team. Le bilan de ma participation est mitigé. Côté négatif, j’ai perdu de la puissance en montée. Comparativement, au mois de décembre, du coup, j’ai lâché dans toutes les montées, en laissant partir mes coéquipiers. J’ai du mal à hausser le rythme et suis plutôt « diesel ». J’en connais les raisons : le manque de régularité dans mes séances d’entraînement et mon impossibilité de suivre mon plan d’entraînement en raison notamment de mes activités au sein de la convention citoyenne pour le climat et de mes fonctions d’animateur du groupe « consommer » au sein de l’association des 150 en charge du suivi de nos propositions, auprès des ministères et acteurs des filières, jusqu’au vote final de la loi Climat Résilience. Avec parfois des réunions Zoom quasi-quotidiennes. Aussi, comment progresser en puissance quand je suis incapable d’être régulier dans mes séances spécifiques d’EPI et d’EPIC. Je vais devoir faire des choix ! Côté positif : l’endurance est là et semble acquise ! À aucun moment, j’ai ressenti de fatigue lié à la distance, à l’effort, ou à la répétition des séances sur les quatre jours de stage. Sur certains jours, excepté le premier, j’étais même un peu déçu de devoir rentrer à 18 h alors que je pouvais encore rouler et que je n’étais pas épuisé ni même fatigué, malgré les distances parcourues quotidiennement au-delà des 150 kilomètres. Je suis arrivé avec une reprise de poids, je repars du stage un peu plus léger, je le sens sur le vélo, je le vois dans le miroir.

5 mars 2021

Démission de mes fonctions d’animateur du groupe « consommer » de la Convention Citoyenne pour le Climat (CCC). Après la période compliquée de janvier et février, et les nombreuses sollicitations pour la Convention Citoyenne pour le Climat, à moins de 150 jours du départ de la Race Across France, le stage bornage a mis en exergue une régression en terme de puissance et de rythme. Ce bilan est en lien direct avec le manque de régularité dans mes séances d’entraînement et dans mon incapacité à mener de front ma préparation et mes activités au sein de l’association des 150. Ce matin, face à de nouvelles sollicitations pour l’association des 150 et le suivi de nos propositions avec les parlementaires, j’ai enfin fait un choix en démissionnant de mes fonctions d’animateur du groupe thématique « consommer ». Je vais prendre un peu de distance avec l’association des 150 pour me concentrer sur ma préparation.

18 mars 2021

Mauvaise nouvelle, nous sommes de nouveau re confinés en Île de France et dans les Hauts de France, pour les quatre prochaines semaines, avec interdiction de déplacement interrégionaux. Nous devons de fait, oublier nos congés et mon bloc montagne prévu dans l’Aude et dans les Hautes-Pyrénées. Encore un mauvais coup du sort. Ma préparation subit un nouveau revers. En sachant que ce bloc « montagnes » devait me permettre de m’améliorer dans les ascensions de cols, ascensions qui vont se multiplier tout au long de la RAF 2021. Ma préparation se réalise donc un contexte particulièrement difficile avec l’annulation de bon nombre des épreuves cyclosportives et maintenant de l’annulation du bloc montagne d’avril. Seul point positif, nous aurons le droit de sortir dans un rayon de 10 km autour de chez nous, sans limitation de temps et l’heure du couvre-feu est repoussée de 18 h à 19 h.

23 mars 2021

Contrôle trimestriel d’osthéopathe. Remise en place du bassin qui à tendance à tourner et manipulation du genou droit suite à une douleur persistante. La douleur au genoux semble lié à un manque de souplesse de quadriceps qui est trop contracté malgré les séances d’étirement. La contracture créerait un déséquilibre mécanique qui génère la douleur au niveau du creux propilé et des tendons. Sur conseil de l’ostéopathe, je vais mettre en place des séances de massage pour décoller le quadriceps et lui rendre son élasticité. 

24 mars 2021

Depuis ce matin nous avons accès à notre espace au Google Drive mis en place par l’organisation. Les premières informations nous arrivent concernant notamment les horaires de départ. Pour le 1100 solo sans assistance, nous nous élancerons à partir de 7 h 00 du matin. C’est une information importante, car elle va me permettre de pouvoir affiner la planification de ma progression. Je sais par exemple que si je devrais subir la chaleur dès la mi-journée du 24 juillet, je devrais gravir le Ventoux à la fraîche. Surtout après une bonne douche chez notre ami Olivier de Bed and bike. Et surtout l’horaire de départ défini aussi la heure maximale  d’arrivée fixé au 29 juillet entre entre 7 et 8 heures selon mon horaire de départ dans l’odre croissant des dossards. En sachant que nous sommes 121 inscrits sur le parcours 1100 km solo sans assistance. 

26 mars 2021

Premier consultation avec la diététicienne. La diététique me semble être est un des versants importants de la préparation pour une épreuve comme la RAF 2600 ou 1100. Il ne s’agit pas seulement de sécher pour gravir les difficultés plus rapidement, mais aussi d’assoir la préparation sur un équilibre alimentaire adapté aux efforts à fournir, mais aussi pendant l’épreuve elle-même.

Le premier bilan est plutôt favorable puisque en l’état mon hygiène alimentaire (équilibre, composition, quantité…) est déjà bonne même si des modifications ont été apportées à la marge avec notamment l’ajout des féculents midi et soir. Féculents que j’écartais volontairement en pensant qu’ils été vecteur de prise de poids. 

Le plan nutritionnel pendant l’épreuve sera abordé lors des prochaine séances, car je dois réussir à répondre aux questions que je me pose : quand manger et que manger lorsque l’épreuve dure plusieurs jours et que l’on doit être autonome et que l’on doit également optimiser ses sacoches de bikepacking. Bien sûr, il y aura les boulangeries, les pizzerias, les épiceries, les restaurants et que d’autre encore. Mais tous les aliments proposés par ces commerces et lieux de restauration ne se valent pas. Ils sont même traditionnellement banni de l’alimentation de compétition. Mais là, je ne pourrais pas faire autrement que de trouver à manger sur place. Viens alors le questionnement : qu’est-ce qui est le moins mauvais entre une part de pizza, un sandwich, une viennoiserie ou un place de pâtes débordant de sauces dans un restaurant ? Comment varier mes prises alimentaires ? A quel rythme ? En quelle quantité ?  Voilà aussi pourquoi la préparation diététique me semble essentielle.

28 mars 2021

Deuxième dodécaudax de la saison. Alors que nous avons de nouveau été confiné depuis l’annonce du 18 mars, il fallait que je puisse poursuivre ma préparation. Par bonheur, les sorties dans un périmètre de dix kilomètres de rayons ne sont pas limitées en temps. Cette disposition laisse quelques possibilités pour organiser un entraînement longue distance. Comme dirais un collègue de la Team cyclosportissimo, les parcours en plat de spaghetti sont possible ! J’en ai donc préparé deux : un pour le mois de mars et l’autre pour avril.

Je me suis donc élancé ce dimanche 28 mars pour un parcours de plus de 230 kilomètres. La matinée fut agréable malgré la fraîcheur matinale et la moyenne kilométrique annonçait un bon temps. Cependant, les conditions se sont durci à la mi-journée avec un vent d’Ouest-sud-ouest assez fort qui s’est levé en ralentissant ma progression. Cette séance m’a également permis de tester mes sacoches de cadre. 

Le bilan est assez favorable : malgré le vent, je suis resté en capacité de pouvoir relancer dès que possible. Sans le confinement à 19 h 00, j’aurais été en capacité de poursuivre l’effort. Mes douleurs au genou sont presque oubliées mais je vais devoir veiller à poursuivre mes massages et étirements pour ne par créer de nouveaux déséquilibres. 

Concernant mes sacoches, je n’ai ressenti aucune gêne au pédalage. Par contre, je vais devoir tester ma sacoche de tube de cadre de 4 litres avec la configuration prévue sur la RAF pour la valider.

1337 m – 237,13 kilomètres – 9 h 56 de déplacement – 4 440 Calories

29 mars 2021

Pascal Bride dit « Bridou » vient de publier via la page Facebook de l’organisation la dernière version définitive des parcours. Je vais donc avoir un peu de travail pour reporter mes points d’intérêts que j’avais intégrés sur la version précédente.

30 mars 2021

Je viens de recevoir ma batterie externe Anker PowerCore 26800 mA/h et son chargeur de 24 W. L’objectif de cette acquisition est de répondre à mon autonomie énergétique pendant l’épreuve, notamment pour mon GPS et mon éclairage avant. En sachant que pour mon téléphone je partirais avec deux batteries de rechange, ce qui devrait me permettre de tenir pour la durée de l’épreuve. Pour mes éclairage arrières, j’ai fais le choix de matériel alimentés par des piles ce qui me permettra de pouvoir partir avec des piles de réserve et si nécessaire de renouveler le stock en cours de route tout en garantissant ma sécurité. Je n’ai pas fais le choix d’un moyeu dynamo car j’ai peur que ma vitesse d’ascension soit parfois insuffisante pour avoir une puissance optimale. Il reste maintenant à acquérir ma lampe K-lamp pour être totalement équipé côté éclairage.


8 avril 2021 

La granfondo Vosges est reportée Encore une épreuve montagnarde préparatoire qui est reportée. 

11 avril 2021 

Nouvelle réorganisation de mon plan d’entraînement ! Ce n’est définitivement pas simple de se préparer pour cette édition 2021 de la RAF. Toutes les épreuves montagnardes que j’avais retenu pour pour me préparer disparaissent les unes après les autres. Même les Trois Ballons sont sur la sellette, confirmation le 20 avril pour un éventuel report. J’ai profiter de cette nouvelle révision pour intégrer beaucoup plus de séances d’entraînement pas intervalles. elles seront au nombre de trois par semaine : une séance d’entraînement par intervalles court et ultimes (de 80% à 140% de la PMA, puis de 100% à 150% de la PMA à compter du mois de mai), une séance de travail de la force par intervalles avec des phase de travail en côte avec une cadence comprise entre 40 et 50 rpm (seule la cadence compte, on ne doit prendre en compte ni la vitesse, ni la puissance), une séance d’entraînement par intervalles PMA, VO2max qui va progresser jusqu’en juillet (95% de la PMA, puis 100%, puis 105%…). Globalement, l’endurance est acquise et va devoir être entretenu dans un entrainement polarisé. Par contre maintenant je dois développer les qualités de force, de vélocité, et spécifique de PMA et VO2max afin d’augmenter le rythme lors des ascensions et d’être en capacité d’encaisser les enchainements de cols avec un vélo plus lourd sans me mettre dans le rouge à chaque montée. 

15 avril 2021

J-100, voilà un beau chiffre rond ! Encore 100 jours pour affiner ma préparation matériel, physique et mentale. Dans 100 jours l’aventure commencera !

16 avril 2021

Le déconfinement commence à s’annoncer avec une réunion intrerministérielle organisée ce jour. Les terrasses et lieux de culture devraient rouvrir dès la mi-mai avec une phasage ensuite qui va s’étaler jusqu’en juillet. Le déconfinement devrait être effectif dès le début mai. Je parie donc sur la ré autorisation des voyages interrégionaux à compter de début mai comme annoncé initialement par le Président de la République qui les avait interdits pour quatre semaines. Aussi, je prévoit un bloc montagne entre le 5 mai et le 19 mai dans les Corbières et dans les Pyrénées. Objectifs : enchainer des cols avec du dénivelé et des pourcentages importants en configuration bikepacking. Et éventuellement une sortie ou deux en mode « longue distance ». Si le couvre feu est levé, j’en profiterai pour réaliser au moins un roulage de nuit pour tester ma configuration des sacoches et retrouver mes automatismes.

17 avril 2021

Rouler des jours d’affilé nécessite de travailler le confort sur sa machine. Des bons pneumatiques, un bon cuissard et une bonne selle. Aujourd’hui, je viens de recevoir ma nouvelle selle : une Selle Italia Novus Superflow Endurance TM 135. Sitôt arrivée, sitôt montée. Premier test demain matin !


3 au 19 mai 2021

Bloc montagne de mai.Comme convenu et en remplacement des cyclosportives montagnardes annulées, j’ai réalisé mon second bloc montagne après celui réalisé en mars. Malheureusement, comme pour le mois de mars, ce bloc, ayant pour camp de base Leucate dans l’Aude, a été fortement impacté par des journées de vents forts à raison d’une journée sur deux dépassant souvent les 80 km/h avec tous les risques engendrés par ces rafales en montagne lorsque l’on est déporté brutalement vers les précipices sans pouvoir contrôler nos trajectoires. Malgré tout, j’ai pu profiter de belles journées en montagne pour progresser en mode bikepacking. Il était pour moi important de me tester dans ce mode de déplacement, car il surcharge le vélo et conduit à des progressions plus lentes et plus physiques face aux pentes qui peuvent être assez fortes dans les Corbières ou les Pyrénées. 

Côté météorologie : j’ai tout eu du vent, je l’ai déjà précisé ci-dessus, mais également de la chaleur, de la pluie, des orages et de la grêle accompagnés de froid. Je peux déjà en tirer un enseignement : je ne dois pas avoir peur de revêtir ma Gore Tex C7 dès les premières gouttes et lorsque qu’il fait encore doux, car une fois mouillé et que l’orage s’est installé, il devient difficile de se réchauffer, alors que la Gore Tex C7 n’amène ni surchauffe ni humidité excessive.

Côte progression : je progresse ! J’ai de bien meilleures sensations en montées et une meilleure résistance face à la pente et aux forts pourcentages. En fait, le corps s’adapte assez rapidement aux conditions de surpoids du vélo. Cependant, je vais devoir apprendre à être patient. Gravir des cols en mode bikepacking et donc en surpoids, implique des vitesses de progressions bien plus longues qu’à l’accoutumée. Or, sous l’effet des contraintes horaires liées au couvre-feu, qui seront également présentes sur la RAF avec les portes horaires sur les 300 km, 500 km et 1100 km, je me suis un peu énervé tout seul de ma lenteur et de mon impossibilité de pouvoir boucler les parcours dont la longueur était dès le départ présomptueuse. D’autant que pour rejoindre certaines vallées pyrénéennes, j’avais parfois deux heures de route aller, soit quatre heures de voiture à déduire des 18 heures de liberté entre 6 h et 19 h. Cet énervement est préjudiciable à la performance ! Le doute s’installe, l’envie d’appuyer plus fort prend le pas sur la raison, mais avec la charge la fatigue arrive rapidement et ne pardonnera pas sur le parcours 1100 kilomètres de la RAF. 

Côté diététique : rien ne va ! Je ne peux plus avaler de barres énergétiques ! Ce qui me rassure, c’est que dernièrement un débat a eu lieu sur Facebook entre pratiquant de longues distances et beaucoup rencontrent le même rejet des barres énergétiques en ultra distance. Les arrêts boulangeries s’imposent alors, mais faut-il encore en trouver. Lors de ma dernière sortie autour de Font-Romeu au départ de Mont-Louis, j’ai ainsi roulé plus de 8 heures sans manger, car dans l’impossibilité de trouver une boulangerie ouverte sur mon parcours notamment côté espagnol. Par bonheur mon petit-déjeuner été conforme à ce que m’avait conseillé la diététicienne : copieux et enrichi en protéines sous forme d’un œuf dur et de céréales. Si j’ai été capable de rouler et gravir de belles pentes sans manger, c’est aussi un bon signe, car cela indique que je roule bien en endurance en utilisant la filière lipidique. Mais d’un autre côté, mon manque d’alimentation a forcement un impacte sur ma performance. Depuis, j’ai commencé à travailler sur ce point avec la diététicienne afin que je puisse tester certaines choses sur de beaux périples à venir avant la RAF 21. En sachant que ma diététicienne n’est pas très favorable aux barres énergétiques sur la longue distance. Elle m’a ainsi conseillé de partir sur des pains aux graines, ou du pain nordique avec du chocolat ou des fromages type Comté ou gruyère, de la pizza (car pâte à pain et protéines), du pain d’épice, des sandwichs, éventuellement de temps en temps sur le parcours du nougat pour les graines et les glucides. Pour l’hydratation, elle n’est pas contre la prise de boissons sucrées (coca…) de temps en temps sur le parcours pour les glucides qui sont apportés, et le fait que ces boisons apportent une sensation de soif et nous poussent ainsi à nous réhydrater en buvant plus. Ce qui laisse de la place pour mon fameux « diabolo menthe » qui me fait temps de bien lorsque la température monte et que la fatigue s’installe.

Bilan : 904,52km - temps de roulage : 46 h 04' 31- dénivelée positive : 11286 m D+ pour 9 activités

24 mai 2021

J’ai trouvé une solution pour rejoindre la ligne de départ avec mon vélo non démonté et en solution douce. J’ai un billet pour le train de nuit Paris-Nice dont la ligne vient d’être ré-ouverte très récemment. Certes, le voyage est bien plus long qu’avec un TGV, mais il présente plusieurs intérêts : d’une part moyennant 10 €, je peux voyager avec mon vélo non démonté dans la voiture vélo avec couchette et sans housse à vélo qui viendrait alourdir mon chargement une fois quitté la gare. D’autre part, le voyage de nuit en couchette me permet malgré tout de dormir et donc de ne pas trop accumuler de fatigue avant le départ, d’autant qu’après le départ de Paris Austerlitz à 20 h 52, le premier arrêt en gare de Marseille Blancarde interviendra à 6 h 18 entre ces deux gares aucun arrêt donc une belle opportunité de dormir. Surtout, je peux partir comme convenu pour le 22 juillet alors que pour obtenir une place en TGV avec mon vélo, il m’aurait fallu partir plus tôt (mercredi ou jeudi voir peut-être même mardi) sans garantie d’être accepté dans le TGV avec mon vélo. Et puis le train couchette, c’est un peu déjà l’aventure qui commence. À la gare de Cannes, je rejoindrais Mandelieu-La-Napoule à vélo, sans forcer, sans énervement et sans surcharge d’une housse à vélo, en mode touriste… Et surtout, cette solution correspond un peu à ma philosophie de favoriser les déplacements doux, vélo-train-vélo en étant conso-acteur notamment en favorisant le retour des trains de nuit qui répondent à un besoin pour les aventuriers au départ ou au retour de nos périples par rapport au tout TGV.  

27 mai 2021

Réception de ma nouvelle lampe K-LampEXR1100 avec sa batterie de 7 000 mAh et son cordon adaptateur pour l’alimenter avec ma Powerbank Anker. Je vais tester son autonomie. La lampe viendra soit en lampe principale soit en lampe de secours au cas ou une panne surviendrait sur ma première lampe. Ses 315 gr, betterie comprise, ne devraient pas alourdir considérablement mon vélo. Livraison rapide, la qualité semble là. J’attend la nuit pour constater la puissance de l’éclairage et un premier roulage de nuit pour valider mes première impressions.

 

Réception de mes équipements OZIO pour la RAF : gants, sur-chaussure d’été contre la pluie et surtout un corsaire Titan sans brettelle et sa peau “Peloton Men” de chez Elastic Interface, conçue pour l’ultra-distance. Un test est prévu d’ici quelques jours sur un long parcours pour cette nouvelle peau. L’absence de bretelle est un peu une découverte pour moi, mais pour les très longues distances et les poses naturelles, c’est certainement plus pratique ! 


03 juin 2021

Mon premier grand test ! À moins de deux mois du départ le 24 juillet, je m’impatientais de pouvoir tester un certain nombre d’équipements et de me tester physiquement sur un beau et long parcours. Certes, le couvre-feu limite encore la valeur de ce test puisque nous ne pouvons normalement pas rouler de nuit et que nous sommes contraint par le créneau 6 h/21 h. J’aurais pu attendre début juillet et la fin du couvre-feu, mais ce test serait alors d’une part arrivée trop tard pour remédier à d’éventuels soucis techniques qui pourraient se faire jour. D’autre part, le mois de juillet devra être réservé à l’affûtage et non à des sorties longues de test. J’ai donc, en pleine conscience des risques encourus, décidé de couper la poire en deux en réalisant un test sur un parcours de plus de trois-cents kilomètres en roulant de nuit sur une partie du parcours en partant avant la fin du couvre-feu. En roulant seul, je ne prenais aucun risque, et je ne faisait courir aucun risque à qui que ce soit du point de vue de la contamination. L’objectif étant bien de tester : l’autonomie de ma batterie Anker, la consommation et la puissance de ma K-Lamp EXR1100, la configuration de mes sacoches Adipura, ma nouvelle « Selle Italia Novus Superflow Endurance TM 135″ sur plusieurs heures. Physiquement, je voulais également tester ma facilité à pouvoir emmener ma machine dans la configuration RAF dans les montées et leurs successions compte tenu du surpoids lié au contenu des sacoches. Pour l’alimentation, je souhaitais également tester le plan alimentaire élaboré avec la diététicienne qui m’a listé une liste d’aliments à privilégier dans les commerces pour répondre aux besoins d’alimentation optimale tout en privilégiant aussi la digestibilité et le plaisir.

Je me suis donc élancé le 3 juin 2021, à 04 h 46, sur un beau parcours initial de 388 km reliant Melun à La Bresse en passant pas Troyes, Chaumont et Remiremont. 

Bilan de la sortie : Départ 04 h 46 – distance parcourue 363,64 km – temps de roulage : 15 h 18′ 23″ – temps écoulé 18 h 23′ 04″ – Vitesse moyenne de déplacement : 23,8 km/h  – dénivelée positive : 3.153 m D+ – Fréquence cardiaque moyenne : 124 bpm. Puissance moyenne : 109 W – Calories brulées 6925.  

Bilan du test par rapport aux objectifs :

  • Test lampe K-Lamp EXR1100 : En position de la plus faible puissance, la portée est largement suffisante pour une progression sur le plat et à une vitesse comprise entre 25 et 32 km/h. Elle le sera donc aussi en montée. Pour les descentes plus techniques et sinueuses, la position intermédiaire ou maximale devraient me permettre de franchir ces passages ponctuels sans soucis. Le changement de puissance en roulant est assez simple et le bouton de commande facilement accessible. J’ai rencontré un seul petit souci, qui concerne le positionnement de la batterie Anker dans la sacoche de cadre. Avec les secousses liées à la route, j’ai connu de microcoupures nécessitant un arrêt, un contrôle de la connexion, et un redémarrage de la batterie Anker (bouton ON/OFF). En fait, une partie les manchettes, et genouillères appuyées sur la prise USB du cordons de la lampe et devaient la faire bouger dans la prise. En dégageant l’environnement de la Batterie, le souci à disparu. Eclairage validé, d’autant que le poids de la lampe et de ses équipement est assez faible.
  • L’autonomie de la Batterie Anker PoxerCore 26800 mAh : ayant pu rouler en situation de nuit pendant 8 heures et ayant eu à recharger une fois le GPS Garmin pour le ramener de 48 % à 100 %, je termine le périple avec 75% de la capacité de la batterie. Depuis, j’ai retiré certaines option du GPS pour le rendre plus économe, ce qui devrait me permettre d’améliorer l’autonomie du GPS et donc de la batterie Anker.
  • Configuration sacoches bikepacking Adipura. Lors de ce test, j’ai pu évaluer la pertinence de la configuration de mes sacoches. Pour la sacoche de selle, je maintient sa configuration dédiée au nécessaire de réparation, aux vêtements chauds et au matériel de couchage. Il en est de même de la sacoche de cadre avec toutes les batteries, piles et câbles de recharge, les papiers d’identité dans la poche latérale et tous les équipements de protection (manchette, jambières, gants…), les crèmes de protection et la batterie Anker dans le compartiment principal. La sacoche de tube supérieur étant réservée aux barres de céréales, cependant son volume est insuffisant pour stoker l’alimentation à acheter sur le parcours, je vais donc m’équiper d’un Food Pouch. 
  • Selle Italia Novus Superflow Endurance TM 135 : après cette longue sortie, j’ai connu un petit souci de compression du périnée. Avant de prendre une décision définitive, je vais tenter d’ajuster le réglage de la selle (bascule vers l’avant, et peut-être également l’avancer un peu plus), pour essayer de libérer les appuies sur le périnée et les reporter sur les ischions, notamment lorsque je suis sur les prolongateurs.
  • Poids du vélo : actuellement la configuration de mes sacoches apporte un surpoids de 4,3 kg. Globalement, la surcharge est actuellement compensée par ma pertes de poids corporelle depuis ma préparation. Aussi, alors que j’approche de mon objectif de poids pour la RAF, je n’ai pas subi outre mesure la surcharge de mon look 785 Huez RS, qui est déjà lui même très léger. Lors de mon séjour dans les Vosges, j’ai par ailleurs poursuivi mes achats d’équipement avec des couverts ultra léger et un oreiller gonflable de 35 gr. je dois encore prévoir le minimum pour ma toilette quotidienne (savon, dentifrice et brosse à dent de voyage, lingettes…). J’attends donc d’avoir tous valider pour procéder à la pesée de ma machine au moyen d’un pèse bagage.
  • Plan alimentaire : mon parcours m’a fait traverser une partie de la « diagonale du vide » marquée par la désertification rurales et la fermeture des commerces de proximité. N’ayant trouvé que très peu de commerces ouverts, il m’a été très compliqué de m’alimenter comme prévu avec la diététicienne. Par bonheur, le parcours de la RAF devrait nous épargner cette situation.
  • Sensations physiques : je termine ce beau parcours en assez bonne forme physique, sans courbature, sans fatigue. Avec tout juste une sensation de jambes lourdes le lendemain matin, mais qui est rapidement passée après une marche matinale. Lors de ma sortie de décrassage du lendemain après midi j’ai assez bien passé les parties montantes. Mentalement, le test est assez favorable  

 

7 juin au 13 juin 2021

Semaine bornage de test ! Après mon Melun – La Bresse du jeudi 3 juin et ma capacité a récupérer très rapidement, j’ai voulu me tester sur une semaine en enchaînant des longues distances entrecoupées de ma deuxième injection du vaccin antiCovid. J’ai ainsi réalisé une première sortie de 102 km mardi 8 juin, puis un 200,37 kilomètres le lendemain et enfin un 201 kilomètres le samedi. Le bilan est plutôt favorable. Je ne ressens aucune lassitude à enchaîner les grosses sorties. J’ai même une envie assez marquée de poursuivre. Avec ma perte de poids conforme à mon plan de charge, j’ai acquis une certaine aisance dans les montées. En termes de récupération, je termine chaque sortie sans aucune courbature, aucune sensation de fatigue musculaire. J’ai l’impression de pouvoir enchaîner aisément les 200 sans accumuler de fatigue physique ou de lassitude mentale. Ce qui m’inspire une petite inquiétude, car j’ai l’impression d’être dans mon pic de forme un mois trop tôt. Si cela devait être le cas, je vais devoir être vigilant pour entretenir cet état de forme, sans accumuler de fatigue afin d’arriver sur la ligne de départ dans les meilleures conditions possible.

Bilan de la semaine : distance parcourue 504,14 km – temps de roulage : 22 h 48′ 39″ – dénivelée positive : 2863 m D+ – Calories brulées 8517

Bilan du 3 au 13 juin : distance parcourue 889.58 km – temps de roulage : 42 h 27′  – dénivelée positive : 6377 m D+ – Calories brulées 15847

14 juin 2021

Visioconférence avec l’organisation pour aborder les point suivants :

  • Point sur les inscrits / distance
  • Dossier complet si …
  • Votre arrivée à Mandelieu-La Napoule
  • Horaires de départ
  • Le parcours et ses modifications
  • Les barrières horaires
  • Les ravitos et bases de vie
  • La gestion des sacs
  • Les arrivées et protocole
  • La navette retour Ventoux Mandelieu
  • Les balise Gps
  • Le règlement et l’assistance